• White YouTube Icon
  • White Instagram Icon
  • White Facebook Icon
  • White Spotify Icon
  • iTunes - White Circle

Till the morning light exploite une veine orientalisante plus inattendue [...] Boré réincarné en crooner psychédélique

Louis Julien Nicolaou, Télérama 
("Le son de la semaine")


Un artiste aussi atypique qu'attachant, ne serait-ce que pour sa faculté de toujours avancer 
en dehors des sentiers battus.

Fred Delforge, Président de France Blues

L'album de Matthieu Boré est une combinaison réussie d'influences, du jazz au ska, de la Nouvelle Orléans à Montreuil.
Jacques Perrin, Fondateur de Soul Bag

Faire du rock avec nonchalance, fut-elle malicieuse, n'est pas donné à tout le monde.
Jacques Lerognon, Nouvelle Vague

Le son est superbe, la musique est entraînante.
Ne manquez pas l'excellent Even Puppy Dogs Bite en fin de disque
Christophe Mourot, Blue Planet

On aime la décontraction de Matthieu Boré, son swing élastique, sa voix droite et jamais forcée, et puis cette élégance venue du passé et dont l'idée semble perdue. (...) Il se trouve là comme un poisson-chat dans les eaux du Mississippi.

Louis Julien Nicolaou, Télérama Sortir

Matthieu Boré puise dans l'encre des anciens pour écrire son histoire (...) Entouré d'une rythmique américaine bien roots, il nous délivre un vibrant playdoyer pour le gumbo.
Et quel goût ça a ? Bien épicé, ça vous réveille un mort.
André Manoukian, France Inter
> écouter la chronique


Les fans de la série Treme vont adorer. Les autres aussi !
Thierry Boillot, L'Alsace (album coup de cœur)

Gumbo Kings du chanteur Matthieu Boré m'a fait penser à un Van Dyke Parks jazzy de la Louisiane.
Jean-Jacques Birgé, Médiapart

Un vrai showman !
Laure Albernhe, TSF Jazz
>
écouter le Concert du jour


 

Chanter Over The Rainbow, Police On My back ou le Ring Of Fire de Johnny Cash avec l'élégance impeccable d'un dandy américain d'autrefois, l'exercice est périlleux. Grâce à sa voix d'un moelleux auquel on ne peut que succomber, à sa gaité et à la finesse, toute simple en apparence, de ses arrangements, Matthieu Boré relève le défi dans Naked Songs. On a misé ici sur une légèreté qui n'exclut pas la profondeur mais la laisse deviner derrière la décontraction des manières. Le résultat est un album absolument charmant.

Louis-Julien Nicolaou, Les Inrocks
"Les dix albums jazz de la rentrée",

Ce folklore, le chanteur français le cultive à travers son amour tardif pour les crooners, avec une prestance et une élocution de première classe. En bon dandy à lunettes teintées, il chante avec une légèreté presque frivole sur fond d'instrumentation épurée: piano, basse. Les Naked Songs respirent la simplicité et l'ivresse d'adultes faisant des entrechats dans un pré. Une œuvre estivale qui vole au secours de la tristesse d'une rentrée de septembre.
Florent Servia, Jazz News
"Les 60 qui font la rentrée jazz",

On prend beaucoup de plaisir à écouter ces morceaux célèbres interprétés dans leur plus simple expression.  Pourvu évidemment que le chanteur ait une voix. Et c’est le cas du Français Matthieu Boré, qui sonne juste. Simple et beau, on vous le disait.
Jean-Claude Vantroyen, Le Soir

Un album très réussi.

Elsa Boublil, Vous avez dit classique, France Inter

> écouter la chronique en entier
 

Porté par son piano caribéen à la Professor Longhair, Boré se trace un chemin d'une originalité rafraîchissante entre thèmes personnels et reprises surprenantes.

Sébastian Danchin,  Jazz News 
> lire le portrait consacré à Matthieu Boré

Matthieu Boré possède le feeling, le sens du swing et la souplesse vocale propres aux grands crooners d'outre-Atlantique.

Dépêche AFP

Considéré comme le Jamie Cullum français, Matthieu Boré marie avec entrain jazz et rhythm and blues. Son album file une bonne claque à la grisaille ambiante!
Florence Roman, Public

C'est réussi, grâce à la qualité des musiciens, la sobriété de la production, la diction claire de Matthieu qui rendent ce disque à la fois chic, pointu et tout public.
Christophe Mourot, Soul Bag

 

A certains moments, l'ambiance flirte avec les salles chaudes des concerts de rhythm'n'blues. A d'autres, de douces ballades adoucissent l'atmosphère. La plupart des morceaux sont issus des deux premiers albums (The Party, Satisfy My Soul, A Little Talk With Thee). Mais l'apport de deux titres de la Nouvelle Orléans élargissent la palette, tout comme Teddy Bear d'Elvis Presley, I Love To See You Smile de Randy Newman et I Wanna Be Your Man des Beatles. Ces derniers titres insufflent une énergie primale et une verve qui font bouillonner le Duc.

Bruno Pfeiffer,  Open Mag

En cette période de fête, le meilleur album d'un chanteur de jazz est... français! Il s'intitule Frizzante!! avec deux «Z» et autant de points d'exclamation et pétille comme un bon champagne. Entre compositions perso et reprises — dont Putting on the Ritz popularisé par Fred Astaire ou I love to see you smile de Randy Newman — on ne s'ennuie pas un instant.

Nicolas Aguirre,  Télé Poche

Pourquoi on aime? Parce que le quatrième disque du talentueux français pourrait être la BO de When Harry met Sally tellement c'est joyeux, jazzy et anti spleen.

Cyril Cournoyer,  Fémina

Voilà le meilleur album pour lutter contre la crise. Un petit coup de Matthieu Boré et l'on se sent heureux comme un poisson dans l'eau!
Son jazz est sautillant, rythmé, et sa voix parfaite pour le genre. A se procurer d'urgence!

Album coup de coeur,  Ici Paris

Le jazz de ce pianiste chanteur pétri de talent sort du lot. A découvrir d'urgence!

Public

Matthieu Boré aurait pu être un des petits marquis présents en foule dans la chanson française. Mais le jeune homme a été égratigné par une aiguille de phono : il se pique de piano bastringue, de clarinette espiègle, de drums à balayette et de contrebasse ronflante. Lorsqu’il emprunte aux standards de Broadway, ses arrangements sont dans cette humeur vintage, primesautière et swinguante.

Richard Sourgnes, Le Républicain Lorrain

Jamie Cullum et Michael Bublé n'ont qu'à bien se tenir, car, ça y est, nous l'avons notre crooner! Moderne et rétro à la fois.

Avantages

Matthieu Boré nous livre d'espiègles duos (Side by side, Dream a little dream of me), transforme Putting on the ritz en terrain ludique et fait du minimal avec la Carioca. Lorsqu'il nous livre ses compos persos, Boré n'hésite pas à plonger dans le pur blues (She) les échos de la country (Down in Old Shanghai) et lorgne vers Lennon/McCartney avec intelligence (Thank you girl). Réjouissant.

La Marseillaise